TÉLÉCHARGER LA DOUCE EMPOISONNEUSE GRATUITEMENT

Sa vie pourrait être le cliché parfait de la retraitée, mais il n’en est rien! Si on zigouillait un vieux birbe, par contre, une amende aurait dû suffire, car le dommage n’était pas bien grand. Je le relirai sûrement avec beaucoup de plaisir. En stock Occasion – Très bon état. C’était sans compter sur son affreux jojo de neveu qui vient tous les mois la détrousser en compagnie de deux acolytes. Mais, un jour, ils dépassent les bornes:

Nom: la douce empoisonneuse
Format: Fichier D’archive
Système d’exploitation: Windows, Mac, Android, iOS
Licence: Usage Personnel Seulement
Taille: 39.26 MBytes

Le roman pourrait être un thriller, mais Arto Paasilinna désamorce les scènes de tension par du burlesque. C’est le début d’un règlement de comptes qui s’étend au fil des pages avec beaucoup d’humour et de férocité. Les livres cités dans l’émission par Mikaël: Espaces de noms Article Discussion. Posté le 05 févr. Du coup se méfier des vieilles dames lors de votre prochain voyage en Finlande! De plus, un regard critique sur la Finlande d’aujourd’hui se dessine discrètement.

Une vieille dame, Linnea Ravaska, veuve d’un colonel, cultive avec amour son petit jardin en compagnie de son chat, à Harmisto en Finlande. Au même moment, à quelques kilomètres de là, sur la route en provenance d’Helsinki, une voiture volée roule à tombeau ouvert, avec le neveu de la colonelle et deux de ses acolytes à son bord. C’est le jour de distribution des pensions. Comme tous les mois, Kauko Nyyssönen, vient délester sa tante de son maigre revenu, profitant de l’occasion pour la terroriser et faire une orgie dans son sauna.

Cette fois encore, ils n’épargneront rien à Linnea, allant jusqu’à l’obliger à apposer sa signature au bas d’un testament en faveur de Kauko. Le décor est planté et les principaux personnages esquissés. A partir d’une situation dramatique, Arto Doucee nous entraîne dans une suite de scènes plus cocasses les unes que les autres. Elle se découvre alors un nouveau passe-temps: Ce dernier, bien décidé à se débarrasser de son encombrante parente afin de toucher son héritage, n’en a justement pas l’intention.

Mais les tentatives de suicide de Linnea ne se dérouleront pas tout à fait comme prévu. Les victimes ne sont pas toujours celles que l’on croit Ce roman est jubilatoire. Arto Paasilinna pointe quelques problèmes de société finlandais d’une manière drolatique. Il dépeint des personnages baroques, ni tout blanc ni tout noir, mais qui ne laissent pas indifférents.

On em;oisonneuse sous le charme de cette drôle de vieille dame, qui n’a pas toujours eu une vie irréprochable et dont le mari militaire était proche des nazis pendant la seconde guerre mondiale, mais qui se débarrasse de ses bourreaux avec une innocence désarmante.

Les trois malfrats sont également irrésistibles: Dohce exemple, voici deux raisonnements typiques du neveu de Linnea: La vraie dissidence était là! Il fallait isoler les soi-disant représentants du peuple, les laisser seuls entre eux.

Il n’y aurait de révolution en Finlande que si tous ceux qui avaient le droit de vote refusaient de s’en servir. Si aucun candidat n’obtenait de voix, on ne pourrait pas réunir le parlement, puisqu’il n’y aurait pas d’élus.

la douce empoisonneuse

Et un pays sans parlement ne pouvait pas non plus avoir de lois. Ca, c’était un bel objectif! Ce qui était en soi tout à fait injuste. Il aurait été plus équitable d’indexer la durée des peines pour crimes de sang sur le nombre d’années de vie qu’il restait au défunt. Autrement dit, si l’on mettait fin aux jours d’un bébé qui aurait pu vivre encore 70 ans, une condamnation à 10 ans de taule, si ce n’est plus, paraissait raisonnable.

Si on zigouillait un vieux birbe, par contre, une amende aurait dû suffire, car le dommage n’était pas bien grand ». Voilà un auteur à découvrir, qui m’a fait passer un très bon moment de lecture grâce à un livre loufoque doté d’une fin délicieusement immorale. Arto Paasilinna nous prouve que les anglais ne sont pas les seuls à posséder un humour ravageur et que les finlandais n’ont rien à leur envier dans ce domaine.

Pas de série ou de livres liés. Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série.

La Douce empoisonneuse – Arto Paasilinna – Babelio

Enregistrez-vous pour publier une critique éclair! Plaisant Critique de Romur Viroflay, Inscrit le 9 février45 ans – 8 septembre Linnea Ravaska, veuve d’un colonel, est harcelée et maltraitée par son neveu Kauko Nyyssönen, un voyou bon à rien flanqué de deux acolytes qui valent doouce moins que lui. Chef d’oeuvre scandinave Critique de Pacmann Tamise, Inscrit le 2 février53 ans – 24 avril Fan de Paaslinna, je donne la cote maximale à ce roman qui reste selon moi le meilleur et le plus abouti des livres de l’auteur.

  TÉLÉCHARGER CURA 3.2

Il est vrai qu’il est moins surréaliste que d’autres oeuvres, mais il est plus cohérent et la trame du récit est parfaitement menée. Parfaite initiation pour découvrir empoisonneeuse auteur extraordinaire qu’est Arto Paasilinna. Critique de Pucksimberg Toulon, Inscrit le 14 août39 ans – 11 février Linnea est une sympathique et douce retraitée finlandaise, veuve d’un colonel au passé quelque peu douteux Sa vie pourrait être le cliché parfait de la retraitée, mais il n’en est rien!

Son neveu et deux de ses amis viennent lui voler sa pension chaque mois et squattent maison et sauna. Ce sont des êtres détestables, grossiers, violents, irrespectueux. Il s’imposent dans le quotidien de Linnea jusque là tranquille et souhaiterait même se débarrasser de la vieille femme.

Le roman pourrait être un thriller, mais Arto Paasilinna désamorce les scènes de tension par du burlesque. Les trois voyous risquent de jouer de malchance et la vieille femme semble recevoir l’aide duce Belzébuth himself!

La douce empoisonneuse

Grand lecteur de cet auteur finlandais très original, je ne peux qu’être séduit par ce roman. Les situations rocambolesques m’ont beaucoup amusé. De plus, un regard critique sur la Finlande d’aujourd’hui se dessine discrètement.

Un roman qui fait voyager et qui se révèle plaisant! Alors pourquoi en empoisonneuse gardé une bonne appréciation? Grosse envie de poursuivre la connaissance de cet auteur finlandais.

Je dois prochainement lire Prisonniers du paradis. Arsenic et cocasseries finlandaises Critique de DidoumelieInscrite le 5 septembre46 ans – 4 février Je ne connaissais absolument pas d’auteurs finlandais avant de commencer ce livre, juste vaguement le nom de cet auteur.

J’y ai découvert une écriture agréable à lire, prenante, une histoire drôle tout en étant crédible et souvent cruelle dans le style d’Arsenic et vieilles dentelles.

: La douce empoisonneuse Arto Paasilinna

Les personnages sont attachants, et nous sommes loin des caractères manichéens de certains personnages de romans: C’est effectivement un roman drôle et triste à la fois, léger et tragique en même temps, bref, inattendu et avec lequel j’ai passé un bon moment de lecture.

Humour corrosif Critique de FlorianInscrit le 22 octobre37 ans – 17 novembre Le sujet du livre n’est pourtant pas drôle: Mais, de manière plus ou moins volontaire, la vieille colonelle ne s’en laisse pas compter et se débarrasse un à un des nuisibles! Une vraie bonne surprise! Critique de Manumanu55 Bruxelles, Inscrit le 17 février39 ans – 10 mai Deuxième roman que je lis de Paasilinna et exactement même constat: La petite vieille, héroïne du roman, est très attachante et on sourit de la façon dont les évènements tournent à son avantage.

Un agréable moment de lecture au pays où le Finnois est roi! Critique de Willow13Inscrite le 13 janvier27 ans – 1 février J’ai beaucoup aimé ce petit livre facile à lire, et très drôle. J’ai trouvé la vieille colonelle très attachante, et très à plaindre. J’ai beaucoup ri au fil de ma lecture, car les situations les plus inattendues se succèdent sans trève. C’était très divertissant et amusant.

Je le relirai sûrement avec beaucoup de plaisir. On ne s’ennuie pas une minute, les rebondissements se suivent et ne se ressemblent pas, les situations de plus en plus cocasses se succèdent à un rythme effréné et comme toujours chez le Finlandais les personnages sont tellement attachants La vieille colonelle est tellement attachante, tellement naïve, et tellement persécutée par son horrible neveu, qu’on voudrait lui prêter main forte et voler à son secours! Mais non surtout pas, elle s’en sort très bien toute seule Tel est pris qui croyait prendre puisque ce n’est pas elle qui meurt au cours du récit Du coup se méfier des vieilles dames lors de votre prochain voyage en Finlande!

  TÉLÉCHARGER DOLIZIANA DEBORDO MP3 GRATUIT

Enfin la scène sur le banc avec le malfrat qui se pique les fesses avec la seringue de poison est une véritable perle Un livre à lire! Au-delà des apparences Critique de Sahkti Genève, Inscrite le 17 avril44 ans – 31 octobre Linnea Ravaska est une gentille veuve de colonel qui vit paisiblement dans sa métairie de Harmisto avec son chat et ses fleurs. Tout se passerait dans le meilleur des monde si l’affreux Kauko Nyyssönen, son neveu, ne venait tous les mois, accompagné de deux copains aussi ivrognes que lui, lui rendre visite pour lui dérober sa pension.

Au fil des mois, les trois épaves ont de plus en plus besoin d’argent, la pension de la vielle dame ne suffit plus, le mieux serait de la tuer après lui avoir fait signer un testament à leur avantage. Terrorisée, Linnea Ravaska s’enfuit chez un ami médecin à Helsinki, où elle trouve tous les ingrédients possible pour concocter le plus radical poison qui soit.

Le jour où elle sera en grave danger, elle s’injectera le produit mortel et mourra ainsi sans avoir à subir les sévices de son neveu et ses accolytes. Une succession d’événements, de malentendus et d’heureux hasards transforment la vieille dame en apparence inoffensive en empoisonneuse involontaire.

C’est le début d’un règlement de comptes qui s’étend au fil des pages avec beaucoup d’humour et de férocité.

Une fois de plus, j’ai complètement craqué pour ce style si particulier d’Arto Paasilinna. Dès la première page, le ton est donné. En quelques lignes, il rend vivant un paysage, le transforme sous nos yeux en un havre de paix et de beauté, le décor est planté et l’histoire peut commencer. Avec pas mal d’humour et une bonne dose de cruauté, l’auteur nous entraîne dans le sillage de cette petite vieille sympathique et pas idiote qui se transforme en Calamity Jane nordique pour sauver sa peau, une femme attendrissante et très futée qu’on a envie d’aider bien qu’elle s’en sorte très bien toute seule.

Paasilinna distille son savoir-faire avec efficacité, notamment dans la scène du coup de feu accidentel au cimetière qui donne un coup de fouet au récit tout en poussant le lecteur à vouloir épauler Linnea, débordante de naïveté et de fragilité. Autre point fort du récit, la décontraction avec laquelle Paasilinna aborde les faits de guerre de la Finlande aux côtés de l’Allemagne.

Pas de polémique, pas de politique, mais une relation simple et franche des événements, le contexte est rappelé, il était naturel d’aider les Allemands.

Quelques allusions, empolsonneuse au sort des Juifs dans les camps, rappellent avec réalisme et honnêteté la position du plus grand nombre, ceux qui croyaient aveuglément dans les informations officielles de leurs dirigeants. Faire dans le léger et le grave à la fois, c’est tout le talent de Paasilinna qui répète l’exercice dans chacun de ses ouvrages. Noire Finlande Critique de Lachoute La Perrière, Inscrite le 8 octobre46 ans – 8 octobre J’ai eu du mal à entrer dans l’univers de cet auteur finlandais.

la douce empoisonneuse

Cette petite vieille loin d’être une douce empoisonneuse se révèle être une incroyable chanceuse: L’atmosphère de ce roman reste très noire malgré quelques pointes d’humour. Je n’ai pas réussi à me passionner pour ce livre. Je ne partage pas l’enthousiasme des deux critiques précédentes, peut-être parce que j’ai déjà lu beaucoup de ses précédents livres, et que celui-ci n’apporte plus grand chose Trop simple, moins drôle que les précédents livres Je me faisait une joie de lire ce livre et j’ai été déçu Naïveté salvatrice Critique de Saint-Germain-des-Prés Liernu, Inscrite le 1 avril51 ans – 21 avril Quelle adorable vieille dame que Linnea!

Et quel affreux personnage que son neveu! Chaque mois, accompagné de deux amis, il se rend chez elle, à Harmisto, petit village situé à une cinquantaine de kilomètres de Helsinki. Ah, que ça fait du bien, de temps en temps!